Le management par la voile au plus haut niveau

RETOUR SUR LE DÉFI SPORTIF DE L'ULTRA-ENDURANCE

La rencontre de la course au large et de l'ultra-trail

Un défi inédit : enchaîner la traversée Marseille-Calvi à la voile et l'intégralité du mythique GR20 en moins de 80 heures ! 

Le défi Trail & Sail en images !

UNE AVENTURE HUMAINE ET SPORTIVE INCROYABLE

Lundi 17 août à 7h, après plus de 71h de course (voile + trail), 150 milles nautique, 150 kilomètres et 10 000 mètres de dénivelé positif sur le GR20, Christopher Pratt et Sébastien Henri ont décidé de faire demi-tour au niveau du refuge de Prati. Une forte douleur au genou gauche du navigateur marseillais couplé au fait qu'il ne serait plus possible de rebrousser chemin avant Bavella (à environ 15h du refuge) ont contraint nos deux coureurs à s'arrêter. Ils sont évidemment déçus mais ont dû se rendre à l'évidence, il était déraisonnable de continuer dans ces conditions. 

Image

ILS EN ONT PARLÉ

De nombreux médias ont suivi l'aventure du défi Trail & Sail, retrouvez les parutions ci-dessous : 

Interview à chaud de nos deux sportifs

Que s’est-il passé cette nuit ?

Christopher Pratt : « Jusqu’à hier soir on avait vécu plein d’aventures, on était un peu en retard sur les temps qu’on s’était fixés au départ mais on ne lâchait rien et on était quand même dans cette dynamique de chrono. J’avais mal aux genoux mais comme je crois tous les traileurs débutants, surtout dans un environnement comme celui-là. Bon an mal an on gérait ça plutôt bien et cette nuit il y a eu une bascule sur cette douleur au genou qui est devenue complètement différente. J’ai tout de suite alerté Séb, pendant qu’on marchait il m’a donné des conseils pour poser mon pied différemment, essayer de me soulager. Toute la nuit on a tenté de trouver des solutions pour que ça fasse moins mal. En arrivant au ravitaillement une équipe médicale de choc s’est mise en place pour essayer de soigner mon genou – cataplasme, électrodes, strapping – puis on est repartis pour la suite du GR. Dans la montée vers le refuge de Prati, je me suis rendu compte que ça n’allait vraiment pas et que ce n’était pas raisonnable de continuer. C’est aussi une décision qu’on a beaucoup travaillée tous les deux.»

Sébastien Henri : « Ce n’est pas une décision pure et franche à un instant T, on en a discuté dans la nuit avant le ravitaillement. On avait dit qu’en arrivant à l’assistance, on ferait un point, on s’occuperait des soins, on ferait un test à froid puis un test à chaud puis qu’on essaierait de repartir. Tu as été bon de repartir pour ton quatrième levé de soleil Chris ! »

Qu’est-ce que vous ressentez du fait de ne pas avoir pu terminer le GR ?

Sébastien Henri : « Moi ça ne me fait ni froid ni chaud ni tiède, c’est sûr qu’il faut mettre une ligne de départ et une ligne d’arrivée pour arriver à avoir un cadre. Mais on ne pouvait pas faire plus. Une navigation de folie, des paysages de fou, une équipe de dingue. D’ailleurs si l’équipe technique n’avait pas été là on aurait sûrement arrêté avant. L’histoire est magnifique. Après la fin…ça suffisait largement. On s’est bien fait mal et j’ai partagé tout ce que je pouvais partager.»

Christopher Pratt : « Très fatigué. Je me rends compte qu’on n’est pas très lucide. Il y a de la frustration, de la déception d’être arrivés à Manureva Calvi aussi vite, on avait prévu d’y revenir en passant par Conca, et là il y a quelques étapes que l’on n’a pas coché.»

On vous sent pris par l’émotion…

Sébastien Henri : « Un peu oui…»

Christopher Pratt : « C’est sûr qu’on ne part pas avec des coupes et des records dans sa tombe, mais en revanche là il y avait toute une équipe autour de nous qui nous suivait et c’est ça qui est dur.Ça n’enlève rien à l’aventure qui était génialissime. Mais on est compétiteurs, on s’était fixé un objectif et c’est toujours dur de ne pas conclure comme on l’avait imaginé.»

Sébastien Henri : « On le refera ! »

Christopher Pratt : « Je m’étais dit que je n’y retournerai plus après. Mais là on a juste envie d’y retourner ! Enfin, pas tout de suite…»

Vous en tirez quel enseignement ?

Sébastien Henri : « La beauté le partage et la punition des éléments, il faut être humble face à eux. On se l’est souvent dit, « le GR nous a puni ».»

Christopher Pratt : « Si on fait ça ce n’est pas pour être plus haut plus fort, c’est juste parce qu’on aime faire du bateau, courir, se confronter aux éléments. Ce qui me contrarie c’est de ne pas pouvoir dire merci aux gens en allant pas au bout, c’est plus pour eux que ça me gêne.»

Participer à la prochaine édition

Vous voulez participer à la prochaine édition ? Entre devenir partenaire ou participant vous avez le choix ! Toutes les énergies sont bienvenues ! Appelez-nous pour en parler et construisons ensemble un nouveau défi sportif inédit ! 

Vivez ce défi dans une conférence inédite

Ce défi vous parle ? De la conception à la réalisation en passant par tous les enseignements d'une épreuve sportive de haut vol, on vous prépare une belle conférence riche et singulière !

GALERIE PHOTOS

Merci à nos partenaires techniques

Image